Dictateur romain


 

L’étymologie du mot dictator

Entre la fin du VIe siècle et la fin du IIIe siècle av. J.-C., le terme latin dictator désigne un magistrat investi de pouvoirs extraordinaires afin de gérer les affaires de la République romaine en période de crise. Contrairement aux autres magistrats, il échappe au contrôle du public auquel il n’a pas de comptes à rendre. Mais cette autorité suprême ne lui est octroyée que pour une durée déterminée : six mois. Il est entendu, à l’avance, qu’il devra abdiquer au terme de son mandat, qu’il ait ou non rempli sa mission.

L’étymologie du terme dictator a été discutée au XIXe siècle (Martin, 1875). Deux explications ont été avancées. D’abord, on a pensé que le dictateur était, dans un sens passif, « celui qui a été nommé » par une désignation (ou dictio) du Sénat romain. En effet, la procédure était la suivante : par un sénatus-consulte, les sénateurs adoptaient le principe du recours à un dictateur et chargeaient un des deux consuls de le désigner parmi les consulaires, c’est-à-dire les anciens consuls. Une fois choisi, le dictateur était investi durant la nuit suivant le sénatus-consulte. Cette désignation rapide était justifiée par la situation d’urgence qui exigeait que le dictateur prenne ses fonctions au plus vite. Elle répondait également à un souci religieux : les auspices ayant déjà été pris pour la journée, la désignation était censée bénéficier de l’assentiment des dieux. Selon la seconde explication, le dictator est « celui qui dicte » au public la politique à suivre pendant la durée de son mandat, sans qu’il soit possible d’en contester le bien-fondé. Cette étymologie est aujourd’hui considérée comme préférable à la première, car elle correspond bien au sens actif de la terminaison latine tor.

 

Les fonctions du dictateur romain

L’institution de la dictature romaine remonte à 501 av. J.-C., selon la chronologie traditionnelle établie à partir de l’œuvre de l’historien Tite-Live (vers 64 av. – 17 apr. J.-C. ; Histoire romaine, II, 18). Titus Larcius (ou Largius) Flavus (vers 550 – vers 490 av. J.-C.) fut le premier dictateur, nommé dans une situation d’urgence pour mener la lutte contre les Latins et les Sabins, ennemis de Rome. Ensuite, entre 501 et 202 av. J.-C., les Romains eurent recours environ 80 fois à un dictateur (Broughton, 1951). Il s’agissait parfois du même homme, nommé à plusieurs reprises. Ainsi Marcus Furius Camillus (ou Camille en français) fut-il désigné cinq fois : en 396, 390, 389, 368 et 367 av. J.-C. (Bandel, 1910).

Le dictateur est doté d’un pouvoir ou imperium supérieur aux autres magistrats qui lui sont subordonnés durant les six mois de son mandat. Il désigne un adjoint de son choix, qui porte le titre de magister equitum ou « maître de cavalerie », et joue le rôle de chef d’état-major. Dans la plupart des cas, la mission est militaire – la guerre justifiant le recours à un dictateur. En effet, la menace ennemie nécessitait un commandement unique, censé être efficace et susceptible de mobiliser le populus, c’est-à-dire le corps civique. Car, si le dictateur exerçait son imperium sur l’ensemble du public, seuls les citoyens romains (constituant le corps civique) étaient mobilisables pour la guerre, à la différence des femmes, des enfants ou des personnes non-libres.

En cas de victoire avant les six mois prévus, le dictateur pouvait abdiquer spontanément, comme ce fut le cas de Lucius Quinctius Cincinnatus (vers 519 – vers 430 av. J.-C.), en 458 av. J.-C. Cincinnatus, qui avait réussi, en seize jours à peine, à écraser les ennemis des Romains, quitta ses fonctions après son triomphe. Dans l’historiographie antique, il incarne la figure du dictateur vertueux, dans le sens où il ne chercha nullement à se maintenir au pouvoir au-delà du temps nécessaire à l’accomplissement de sa mission (Bandel, 1910).

La fonction du dictateur est aussi civile. Dès 494 av. J.-C., son rôle extérieur se double d’une mission interne : mobiliser les citoyens-soldats face à la menace extérieure, alors que la plèbe a fait sécession (Conord, Pichon, 2019). Le dictateur est donc chargé de ressouder le public en temps de crise (Rivière, 2021b). Au IVe siècle av. J.-C., plusieurs dictateurs reçurent pour mission de mettre fin au blocage des institutions et d’organiser les élections consulaires, alors que de fortes tensions au sein du corps civique risquaient de provoquer une guerre civile. Cette fonction de pacification interne est confiée au dictateur « chargé de mettre fin à la sédition et de reprendre en main le gouvernement de la cité » (seditionis sedandae et rei gerundae causa), selon l’expression officielle exprimée dans les Fastes consulaires (Magdelain 1990, p. 580). Dans le même registre, Tite-Live évoque un rituel au cours duquel le dictateur plantait un clou (Histoire romaine, VIII, 18). Cette pratique est attestée à plusieurs reprises au IVe siècle av. J.-C., le clou représentant symboliquement l’union des membres du corps civique. En le plantant, le dictateur était censé renforcer rituellement la concorde civile (Kaplan, 1973).

La dernière dictature conforme aux institutions républicaines traditionnelles est attestée à la fin de la deuxième guerre punique, en 202 av. J.-C. (Nicolet, 2001). Dans une situation politique très troublée, Caius Servilius Geminus (vers 240 – 180 av. J.-C.), nommé dictateur, fut notamment chargé, par sénatus-consulte, d’organiser les Grands jeux en l’honneur de la déesse Cérès (Tite-Live, Histoire romaine XXX, 39).

 

Le dictateur « utile » et occasionnel : des Romains aux Amérindiens en passant par les Hébreux

On peut remarquer que la fonction de dictateur n’est pas exclusivement romaine, puisqu’on la retrouve dans d’autres cités latines où elle est notamment attestée par des témoignages épigraphiques (Briquel, 2000 : 156-157).

Une comparaison peut aussi être établie avec les juges occasionnels des Hébreux qui, dans la Bible, sont désignés, comme plusieurs dictateurs romains, pour répondre à une nécessité temporaire d’unité de commandement face à un ennemi commun (Schwentzel, 2017 : 70-72).

Précisons que ces figures, uniquement connues par la Bible, pourraient correspondre à des chefs historiques qui vécurent au XIIe ou au XIe siècle av. J.-C., mais furent ensuite transformés en personnages légendaires ; ce qui fut d’ailleurs aussi le cas des premiers dictateurs romains, à l’image de Cincinnatus. Le terme « juge », qui traduit shophet en hébreu, est un peu trompeur, puisque la fonction du personnage n’était pas judiciaire. En fait, le verbe « juger », dans la Bible, veut dire « commander » dans un sens d’abord militaire. Ainsi, par exemple, on peut lire, dans le livre des Juges, que le shophet Otniel « jugea Israël. Il partit en guerre » (Jg 3 : 10). Ce passage résume bien la principale, si ce n’est l’unique mission du chef. Jephté, autre juge, se voit confier la conduite de la guerre par les anciens de la communauté qui vont le trouver et lui disent : « Viens, sois notre commandant et nous pourrons combattre les fils d’Ammon » (Jg 11 : 6). Cette nomination peut être comparée au sénatus-consulte demandant que soit désigné un dictateur à Rome. Une fois sa mission accomplie et le danger écarté, le juge renonce au pouvoir, tel Gédéon qui, avant de se retirer, précise : « Ce n’est pas moi qui serai votre souverain » (Jg 8 : 23). On peut ainsi voir en Gédéon une sorte de Cincinnatus hébreu.

On trouve, dans certaines sociétés amérindiennes, des réticences semblables face au pouvoir du chef, selon l’ethnologue Pierre Clastres (1934-1977), qui avait pu observer, en Amazonie, quelques « sociétés contre l’État », selon son expression (1972, 1974). Les Amérindiens étudiés par P. Clastres ont des chefs militaires dont le pouvoir n’est accepté qu’en période de crise, comme dans la Rome républicaine de 501 à 202 av. J.-C. Ils sont chargés de mener des opérations guerrières, lorsque le groupe est attaqué par un ennemi extérieur ; mais ils ne doivent aucunement profiter de leur mission pour s’imposer définitivement à la tête du groupe social. Ils sont même passibles de la peine de mort, s’ils tentent de le faire. Cette conception fait évidemment penser à l’idéal incarné par Cincinnatus. Des Romains aux Amérindiens, en passant par les Hébreux, on retrouve ainsi la même idée que le dictateur « utile » ne peut exercer son pouvoir qu’à durée déterminée, le public imposant toujours une limite temporelle à son mandat.

 

Sylla ou la dictature répressive

Après 120 années d’interruption, la dictature est rétablie à Rome par Lucius Cornelius Sylla (138-78 av. J.-C.), à la fin de l’année 82 av. J.-C. Sylla, qui s’empare du pouvoir par la force, se fait officiellement désigner par le Sénat « dictateur chargé d’écrire des lois et d’organiser la République ». Cette mission justifie les pleins pouvoirs qu’il s’arroge, tout en constituant son programme politique. Sa durée ne devant excéder six mois, Sylla renonce officiellement à son titre en 81 av J.-C. ; mais, afin de se maintenir tout de même au pouvoir, il se fait élire consul et ne se retire de la vie politique qu’en 79 av. J.-C., sans doute en raison de sa santé chancelante, quelques mois seulement avant de mourir. Dans les faits, il exerça un pouvoir absolu pendant deux ans et demi.

Malgré son respect formel du fonctionnement républicain, Sylla s’affranchit des limites imposées par les institutions. Le titre de dictateur lui permit de régner en monarque absolu. Plutarque (vers 46-125 apr. J.-C ; Vie de Sylla, 33) nous donne la définition de ses pouvoirs dictatoriaux : « droit de vie et de mort, pouvoir de confisquer les biens, de partager les terres, de bâtir et de détruire les villes ». Il s’agissait là d’une autorité que Sylla s’attribuait lui-même, en dehors de tout cadre légal réel. Aussi Plutarque se plaît-il à plaquer sur la figure du dictateur ce qui passait alors pour des caractéristiques des tyrans et souverains du monde grec et de l’Orient : insolence, despotisme et débauche avec des « courtisanes, des joueurs de lyre et des mimes ». Sylla est un véritable monarque qui ne dit son nom. Il a complètement dénaturé la fonction traditionnelle du dictateur. Dès lors, le terme dictator évolue dans un sens négatif, car il est associé à l’arbitraire, à un pouvoir despotique et à la répression des opposants. Sylla est un dictateur qui règne par la terreur : il fait afficher des listes de proscrits, c’est-à-dire d’opposants qu’il condamne à mort. Le massacre politique est officialisé avec, en prime, des récompenses pour les tueurs de tous les « ennemis de l’État » que Sylla confond volontiers avec les siens. Quatre mille sept cents noms sont affichés ; la moitié environ moururent exécutés, dont quatre-vingt-dix sénateurs. Ainsi Sylla instaure-t-il une relation particulière avec le public qu’il terrorise davantage qu’il ne le sert en période de crise, comme le voulaient pourtant les institutions républicaines traditionnelles. Il ne met pas fin à la crise politique, il y participe lui-même en instaurant une forme d’état d’exception, dans le sens où les garanties juridiques protégeant en temps normal les citoyens romains sont suspendues (Rivière, 2021a).

On comprend, dans ce contexte, que le Sénat n’ait ni cherché ni voulu s’opposer au dictateur. Sylla en renouvelle d’ailleurs la composition, en y incorporant ses partisans en grand nombre : l’effectif des sénateurs double, passant de 300 à 600 membres, afin d’en diluer l’influence. Sylla règne sur les sénateurs ; il instrumentalise leur vote pour exiler ou à mettre à mort n’importe quel citoyen qu’il désigne, selon son bon plaisir. Il ne faut donc pas voir en Sylla un champion du Sénat, mais un monarque tout puissant qui écrase les sénateurs, comme l’a montré l’historien François Hinard (1941-2008 ; 2005). Sous couvert de dictature, Sylla instaure à Rome un pouvoir monarchique en partie inspiré, mais de manière inavouée, des royautés hellénistiques. Si les accusations de débauche, relayées par Plutarque, relèvent du lieu commun anti-tyrannique, en revanche, le surnom que prend Sylla, après son triomphe, en 81 av. J.-C., paraît révélateur : le dictateur se fait appeler Felix, c’est-à-dire « Chanceux ». Mais sa chance n’est pas le fruit du hasard : elle a pour origine les dieux qui l’ont distingué parmi les hommes. Sylla se veut le favori de l’Olympe. Il est remarquable que Felix ait été traduit en grec, langue officielle de toute la partie orientale de l’Empire, par Épaphroditos : « Aimé d’Aphrodite ». Aphrodite est la Vénus des Romains, protectrice de Rome, associée à l’idée de victoire (Schwentzel, 2019).

Plutarque (Vie de Sylla, 34, 1) nous apprend aussi que les partisans de Sylla qualifièrent leur champion de « Sauveur » et « Père », deux épithètes de Jupiter. Le dictateur laisse ainsi poindre les prémisses d’un discours théologico-politique calqué sur la propagande des souverains hellénistiques : il proclame que son avènement est voulu par les dieux. Outre Aphrodite, il se veut aussi le chéri de la déesse Tyché, appelée Fortuna en latin, divinité incarnant la providence divine. Sylla rapporte à cette déesse tous ses succès, « pour en augmenter l’éclat et les diviniser en quelque sorte », écrit Plutarque (Vie de Sylla, 6, 4). Comme d’autres autocrates avant et après lui, le dictateur prétend que sa légitimité lui vient directement du Ciel (lien avec la notice « théocratie antique »).

L’idée qui se dégage de la propagande de Sylla, telle qu’elle nous est rapportée par Plutarque, est que le dictateur, véritable homme providentiel, est capable de prendre les bonnes décisions au bon moment, et même dans l’urgence. En temps de guerre, il n’est pas de plan préétabli qui tienne. Seul le dictateur, inspiré par les dieux, parvient à dominer l’imprévisible. Cette proximité avec le divin constitue la principale légitimation du pouvoir absolu. Ainsi, avec Sylla, la dictature est-elle devenue une monarchie militaire dotée d’un éclat divin. Mais cette idéologie du pouvoir est imposée au public qui ne peut guère la contester, l’opposition politique n’étant pas tolérée. Sylla cherche donc à soumettre le public par des moyens de pression autant idéologiques (discours de légitimation, exploitation de la religion) que matériels (répression physique, proscriptions).

 

La dictature « perpétuelle » de Jules César

Comme Sylla, Jules César (100-44 av. J.-C.) s’empare du titre de dictateur, en 49 av. J.-C., après avoir pris le pouvoir par la force (Schwentzel, 2021a). Afin de se montrer respectueux des institutions, il ne conserve la dictature que pendant onze jours, du moins la première fois qu’il se la fait octroyer, faisant ainsi mieux encore que Cincinnatus dont la première dictature avait duré seize jours. En un temps si bref, il prend un grand nombre de décisions qui allaient être acclamées par le peuple. César parvient ainsi à instaurer une relation de confiance avec le public, en rupture avec l’état d’exception propre à la dictature de Sylla.

« Élu dictateur par le Sénat, César rappela des bannis, rétablit dans leurs honneurs les enfants de ceux qui avaient été proscrits par Sylla, et déchargea les débiteurs d’une partie des intérêts de leurs dettes », écrit Plutarque (César, 37). Appien (Guerres civiles II, 7, 48) ajoute encore d’autres bienfaits : « À la plèbe qui souffrait de la famine, il fit donner du blé ». Pour ses premiers pas en tant que dictateur, César ne prend donc que des mesures bénéfiques et de bon sens susceptibles de faire l’unanimité du public pris pour cible. Sa dictature de onze jours, suivie de sa fausse abdication, est une opération de communication politique particulièrement réussie. César, par ses mesures sociales et d’apaisement, entendait rendre la dictature alléchante aux yeux de la population, ou tout au moins atténuer ses réticences face à cette institution dénaturée par la terreur de Sylla. Une dictature sociale est possible, laisse entendre César, en paraissant lui-même bien plus bienfaiteur que véritable dictateur (Canfora, 2012). Mais, en réalité, il exerce un pouvoir autoritaire tout à fait comparable à celui de son prédécesseur, à la différence, de taille il est vrai, qu’il ne fait pas afficher de listes de proscriptions.

Habilement, il profite aussi de ces onze jours de dictature pour nommer des gouverneurs de province à sa solde, parmi ses plus fidèles partisans. Il n’oublie pas non plus de se désigner lui-même comme consul avec pour collègue un de ses proches, nommé Isauricus (vers 99-40 av. J.-C.). En effet, il ne compte nullement renoncer au pouvoir qu’il continue d’exercer durant la fin de l’année 49 av. J.-C. en tant que consul désigné. Puis, à partir de janvier 48 av. J.-C., il entre officiellement en charge comme consul pour un an, contournant à nouveau les institutions, puisque le second consul, Isauricus, n’est qu’une marionnette à son service. Dans les faits, son pouvoir, en 48 av. J.-C., n’a rien de différent de celui d’un monarque, si ce n’est qu’il est revêtu d’un voile de normalité républicaine.

L’année suivante, César se fait à nouveau nommer dictateur, pour le rester, cette fois, pendant douze mois. En 46 av. J.-C., il expérimente une nouveauté institutionnelle originale, cumulant dictature et consulat. Puis, en 45 av. J.-C., il n’est plus dictateur, mais consul unique ; ce qui revient à peu près au même, puisqu’il n’a plus à ses côtés de collègue pour respecter, même de manière fictive, la collégialité de cette fonction (Schwentzel, 2021a).

Pour finir, le 14 février 44 av. J.-C., le consul, réélu pour la cinquième fois, prend désormais le titre de « dictateur perpétuel » ou « perpétuellement » (dictator perpetuus ou perpetuo), c’est-à-dire à vie. Pour Jules César, cette dictature n’est qu’un nouveau nom donné à la monarchie absolue (Martin, 1994). La République a été confisquée par le pouvoir d’un seul homme : la volonté de César l’emporte sur le choix de ses concitoyens réunis en assemblées, tandis que le Sénat n’est plus qu’un conseil à la solde du dictateur qui gouverne en solitaire. Plutarque (César, 57) l’a bien compris : « C’était une véritable tyrannie, puisqu’à l’autorité sans contrôle de la monarchie, on ajoutait l’assurance de n’en être jamais dépossédé ».

En apparence, la République n’est pas morte, mais les institutions ont été vidées de leur signification. Elles continuent à fonctionner de manière purement formelle, tandis que César joue avec les titres et les charges qu’il cumule ou assume en alternance, dans le but de toujours exercer un parfait contrôle de l’État (Badel, 2019). Par ses ruses institutionnelles, César cherche également à ne pas trop alerter le public sur la véritable dérive autocratique qu’il fait subir aux institutions républicaines.

César fait aussi frapper des monnaies à son effigie, à partir de février 44 av. J.-C., comme un monarque, ce qu’aucun Romain n’avait osé faire avant lui. Seul précédent, Sylla figurait sur des monnaies, mais au revers, debout sur son char ou à cheval. Jamais un buste de dictateur romain vivant n’avait été représenté à l’avers d’une monnaie. L’image des rois apparaissait au contraire presque systématiquement sur les monnayages des royautés hellénistiques orientales. Dans ce contexte, la présence du buste de César faisait forcément un effet « royal ». César s’en sort par un artifice : officiellement, il n’est pas l’émetteur de la monnaie. Seule la République, sous l’autorité du Sénat, pouvait choisir les thèmes monétaires. Les images à la gloire de César sont donc présentées comme un hommage adressé au dictateur par les institutions de la République (Schwentzel, 2021a).

Monnaie en argent de Jules César, frappée en 44 av. J.-C. Buste de Jules César coiffé d’une couronne de laurier. Légende : CAESAR DICT(ATOR) PERPETVO (« César dictateur perpétuellement »). Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_C%C3%A9sar#/media/Fichier:Cesar_Dictator_Perpetuo_denier_Gallica_23528_avers.jpg

Monnaie en argent de Jules César, frappée en 44 av. J.-C. Buste de Jules César coiffé d’une couronne de laurier. Légende : CAESAR DICT(ATOR) PERPETVO (« César dictateur perpétuellement »).
Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_C%C3%A9sar#/media/Fichier:Cesar_Dictator_Perpetuo_denier_Gallica_23528_avers.jpg

 

Abolition de la dictature et perception contemporaine

Après l’assassinat de César, aux ides de mars 44 av. J.-C., la dictature est abolie par Marc Antoine (83-30 av. J.-C.). Elle ne sera jamais rétablie, mais les empereurs romains successifs ne cesseront de se référer à César, faisant de son nom un titre impérial qui sera encore repris par les Kaiser allemands et les tsars russes, sans oublier Napoléon Ier (1769-1821) dont César fut le grand modèle (Schwentzel, 2017).

À l’époque contemporaine, la dictature désigne un régime arbitraire et coercitif sans liberté politique ni contre-pouvoir qui correspond, du moins dans les cas extrêmes (comme avec Adolf Hitler, 1889-1945, ou Joseph Staline, 1878-1953), à la définition que donne Hannah Arendt (1906-1975 ; 1972) du totalitarisme. C’est pourquoi, le terme « dictateur » est aujourd’hui employé dans un sens exclusivement négatif (Bueno de Mesquita, Smith, 2011 ; Hem, 2017 ; Onfray, 2019). En 2021, aucun « dictateur » ne se définit comme tel. Tous portent d’autres titres : « président de la République » (Bachar el-Assad), « dirigeant suprême » (Kim Jong-un) ou encore « guide suprême » (Ali Khamenei).

Charlie Chaplin dans The Great Dictator, 1940. Source : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f1/Dictator_charlie2.jpg

Charlie Chaplin dans The Great Dictator, 1940.
Source :
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f1/Dictator_charlie2.jpg

 

Le terme revêt aussi, dans la culture populaire, une dimension satirique, depuis notamment le célèbre film de Charlie Chaplin (1889-1977 ; The Great Dictator, 1940) inspiré par Adolf Hitler. On peut encore ajouter, en 2012, la comédie The Dictator du réalisateur Larry Charles dans laquelle l’acteur Sacha Baron Cohen incarne un tyran dont la mégalomanie et le culte de la personnalité font penser à Saddam Hussein (1937-2006) et Mouammar Khadafi (vers 1942-2011).

La figure de César, quant à elle, demeure plus ambiguë, dans le sens où elle est convoquée de manière autant positive que négative. Par exemple, les partisans de Donald Trump aux États-Unis n’hésitent pas à comparer leur champion à l’ancien dictateur romain (Schwentzel, 2021b). Il est clair que César avait joui d’une réelle popularité, en particulier dans les milieux romains modestes et chez les soldats. Il avait réussi à créer un véritable sentiment de symbiose avec son public. Une partie importante du populus s’identifiait à César, se sentait fier de lui et le percevait comme le défenseur de ses intérêts, de sa grandeur et de sa dignité. C’est pourquoi, après l’annonce de l’assassinat du dictateur, aux Ides de mars 44 av. J.-C., par une poignée d’aristocrates défenseurs de la République oligarchique, la plèbe de Rome se réunit sur le forum pour pleurer César et, à travers lui, son propre honneur qu’elle estimait avoir perdu (Carcopino, 1968 ; Canfora, 2012). C’est ainsi que César devint une figure archétypale qui sert toujours de modèle, de manière plus ou moins avouée, à un certain nombre de leaders politiques et d’« hommes forts » de notre XXIe siècle, soucieux eux aussi de susciter autant que possible la ferveur du public qu’ils prennent pour cible. La « dictature populaire » incarnée par César est aujourd’hui qualifiée de « césarisme », voire de « populisme », car elle est fondée sur une stratégie d’instrumentalisation du peuple, utilisé comme tremplin électoral et support politique (Schwentzel, 2021a). Dans ce sens, on peut dire que des leaders aussi divers que Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdoğan, Narendra Modi, Jair Bolsonaro ou encore Xi Jinping sont, à leur manière et dans des régimes politiques fort différents, des imitateurs contemporains de César.


Bibliographie

Arendt H., 1951, Les Origines du totalitarisme. Le Système totalitaire, trad. de l’américain par J.-L. Bourget, R. Davreu et P. Lévy ; rév. par H. Frappat, Paris, Éd. Le Seuil, 2005.

Badel C., 2019, César, Paris, Presses universitaires de France.

Bandel F., 1910, Die römischen Diktaturen, Breslau, Korn ; rééd. par L. Labruna, Naples, Jovene, 1987.

Briquel D., 2000, « Les difficiles débuts de la liberté », in : F. Hinard, dir., Histoire romaine, I. Des origines à Auguste, Paris, Fayard, pp. 131-161.

Broughton T. R. S., 1951, The Magistrates of the Roman Republic, I, New York, Scholars Press.

Bueno de Mesquita B., Smith A., 2011, The Dictator’s Handbook: Why Bad Behavior is Almost Always Good Politics, New York, Random House.

Canfora L., 1998, César. Le dictateur démocrate, trad. de l’italien par C. Paul-Maier avec la collab. de S. Pittia, Paris, Flammarion, 2012.

Carcopino J., 1968, Jules César, Paris, Presses universitaires de France ; rééd. par J.-L. Brunaux, Paris, Bartillat, 2020.

Clastres P., 1972, Chronique des Indiens Guayaki, Paris, Plon.

Clastres P., 1974, La Société contre l’État. Recherches d’anthropologie politique, Paris, Éd. de Minuit.

Conord F., Pichon B., 2019, « Plèbe », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/plebe.

Hem M., 2012, Et si je devenais dictateur, trad. du norvégien par J.-B. Coursaud, Larbey, Gaïa Éd., 2017.

Hinard F., 2005, Sylla, ou la monarchie manquée, Paris, Fayard.

Kaplan A., 1973, « Religious Dictators of the Roman Republic », The Classical World, pp. 172-175.

Magdelain A., 1990, Jus imperium auctoritas : études de droit romain, Collection de l’École Française de Rome, 133.

Martin P. M., 1994, L’Idée de royauté à Rome, vol. II. Haine de la royauté et séductions monarchiques (du 4e s. av. J.-C. au principat augustéen), Clermont-Ferrand, Adosa.

Martin T.-H., 1875, « Sur l’étymologie du mot dictator », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 3, pp. 238-258.

Nicolet C., 2001, Rome et la conquête du monde méditerranéen (264-27 av. J.-C.), tome 1, Les structures de l’Italie romaine, Paris, Presses universitaires de France.

Onfray M., 2019, Théorie de la dictature, Paris, R. Laffont.

Rivière Y., 2021a, Histoire du droit pénal romain. De Romulus à Justinien, Paris, Les Belles Lettres.

Rivière Y., 2021b, « Le dictateur romain, un magistrat presque ordinaire », L’Histoire, 483, pp. 52-56.

Schwentzel C.-G., 2017, La Fabrique des chefs : d’Akhenaton à Donald Trump, Paris, Éd. Vendémiaire.

Schwentzel C.-G., 2019, Le Nombril d’Aphrodite : une histoire érotique de l’Antiquité, Paris, Payot.

Schwentzel C.-G., 2021a, Manuel du parfait dictateur : Jules César et les « hommes forts » du XXIe siècle, Paris, Éd. Vendémiaire.

Schwentzel C.-G., 2021b, « Jules César et Donald Trump, champions du « peuple vulgaire » ? », The Conversation. Accès : https://theconversation.com/jules-cesar-et-donald-trump-champions-du-peuple-vulgaire-161711.

Auteur·e·s

Schwentzel Christian-Georges

Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire Université de Lorraine

Citer la notice

Schwentzel Christian-Georges, « Dictateur romain » Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 29 juin 2021. Dernière modification le 29 juin 2021. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/dictateur-romain.

footer

Copyright © 2021 Publictionnaire - Tous droits réservés - ISSN 2609-6404