Esprit public


 

Étroitement liée à la notion d’« opinion publique » (au point de se confondre parfois avec elle), le syntagme esprit public doit pourtant en être distingué, car son histoire se construit en contraste autant qu’en dialogue avec la précédente. L’expression est d’origine anglaise. Dans l’Angleterre du premier XVIIIsiècle, celle de l’expansion économique, l’esprit public est un concept utilisé par les opposants au Parlement anglais, qui opposent à l’individualisme prôné par la société britannique le public spirit, défini comme un élan vers la primauté de l’intérêt collectif, un souci du bien-être commun, par opposition à l’intérêt particulier (Nadeau, 2003).

 

Esprit public et opinion publique

L’expression esprit public est introduite en France vers le milieu du XVIIIe siècle, avec un sens proche de celle d’opinion publique. Lorsqu’elle entre en 1798 dans le Dictionnaire de l’Académie française (elle était encore absente de l’édition de 1762), elle y est définie comme « opinion qui se forme dans une nation sur les objets qui intéressent sa gloire et sa prospérité », tandis qu’opinion publique est définie comme « ce que le public pense sur quelque chose ». Les deux notions sont donc très proches, l’esprit public ayant un objet plus restreint, en lien avec le bien de la nation. Cependant, les usages de l’époque utilisent l’expression avec une connotation positive, la définissant comme la disposition commune à une nation, une région ou toute autre collectivité, consistant à privilégier aux intérêts particuliers l’intérêt de tous. C’est ainsi que le baron d’Holbach, dans La Morale universelle ou les devoirs de l’homme fondés sur sa nature, définit en 1776 l’esprit public comme « la bienfaisance appliquée à la société en général » et engage tout bon gouvernement à « exciter » cet esprit public – nécessité politique qui sera exprimée dans de nombreux traités, essais et rapports jusqu’au milieu du XIXe siècle.

À la fin du XVIIIe siècle, les Idéologues, penseurs réunis autour d’Antoine Destutt de Tracy et soucieux de combattre l’obscurantisme par une « science des idées » rationnelle, cherchent à définir plus précisément l’esprit public et à le distinguer de l’opinion publique, dont le référent est plus volatil. Dans le sillage d’un Dolbach ou d’un Mercier, Roland de la Platière (le ministre de l’Intérieur qui, le premier, a dirigé le Bureau d’Esprit public, sorte d’organe de soutien à la presse révolutionnaire, mais aussi de contrôle et de surveillance de la population française) note : « Cet esprit public n’est point ce que l’on confond inconsidérément avec lui, je veux dire l’opinion, dont la mobilité, dont les applications partielles peuvent éprouver des variétés infinies : mais ce que j’appelle esprit public, c’est cette tendance naturelle, impérieuse, vers tout ce qui peut contribuer au bonheur de la patrie » (Compte rendu par le ministre de l’Intérieur à la Convention nationale, le 6 janvier de l’an 2e de l’égalité et de la République, imprimé par ordre de la Convention, chapitre XXV, cité par Nadeau, 2003).

 

Esprit public, civisme, patriotisme

Le terme est donc connoté positivement à la fin du XVIIIe siècle. La Révolution française en fait même une vertu majeure, proche de ce qu’on appellerait aujourd’hui civisme et de ce qu’on appelait alors patriotisme. Le mot est à la mode : entre 1794 et 1799, plusieurs publications périodiques intègrent l’expression à leur titre (Le Défenseur des principes, journal d’esprit public, 1798 ; La Feuille d’esprit public, 1795 ; L’Esprit public, 1796). Un opuscule anonyme de 1789 est ainsi titré Essais critiques sur l’état actuel de l’esprit public ou Eléments de patriotisme à l’usage des Français… La même année, le « prospectus » du journal L’Esprit public (p. 3) définit la vertu éponyme comme « l’âme » de la « chose » qu’est la res publica, la chose ne pouvant vivre sans l’âme ; et le publiciste précise, à propos de l’esprit public : « Ce serait idéalement l’esprit de tout le monde qui animerait la république,  ̶ alors que l’esprit d’un seul animait la monarchie  ̶ et qui s’exprimerait par le journal ». « Esprit conforme à l’intérêt de tous », tourné vers le bien de la nation, l’esprit public est donc naturellement opposé à « l’esprit de parti » comme à « l’esprit d’opposition », selon deux expressions alors en vogue.

Cette vogue n’empêche pas le terme d’être discuté, voire remis en question, notamment par les Idéologues : peut-il exister un « esprit » (ou une « opinion ») commun à tous, réellement unificateur, quand tant d’opinions existent et, souvent, s’opposent ? En l’an III, l’auteur anonyme de L’Abréviateur universel note ainsi : « Nous parler d’esprit public, c’est s’obstiner à donner une dénomination commune aux opinions les plus hétérogènes » (cité dans Ozouf, 1988 : 165). De fait, l’usage du terme est idéologique : l’épithète public, bien plus que populaire ou citoyen, tend à supprimer la diversité des attitudes et opinions, à aplanir les divergences, à donner l’illusion, sous la République comme sous la Terreur, qu’il existe une conception unanime du bien de la nation. D’après Mona Ozouf (1988 : 166), l’épithète public à lui seul (toujours employé au singulier), conjure la multiplicité des opinions et permet au substantif qu’il qualifie d’échapper à la division : « L’opinion publique, opinion des hommes éclairés, n’est donc pas l’opinion passive, sauvage et divisée de la multitude ». De même, l’esprit public n’est pas l’attitude cumulée d’individus divers aux attentes et aux comportements opposés, mais bien une disposition commune à des citoyens éclairés – ceux issus du parlementarisme, en Angleterre, puis de la Révolution, en France. L’adjectif public est alors doté d’une dimension idéologique forte. Lié à l’idéal, que certains dénoncent comme une illusion, d’un possible consensus national, l’esprit public est un concept unificateur, garant d’une unicité rassurante, qui conjurerait enfin « la nature conflictuelle de la vie sociale », et il est l’indice du retour en force du « rêve archaïque d’une unité parfaite de la communauté et de ses guides, d’une absorption complète des individus dans la citoyenneté » (ibid. : 170). L’usage du terme disparaîtra à mesure que s’effondrera justement ce mythe du « public » comme communauté parfaite, indivisible et collectivement responsable.

 

Contrôler, mesurer, vivifier l’esprit public

Reste à vérifier régulièrement la vitalité de cette vertu dans les régions de France. Le 18 août 1792, les Girondins créent le Bureau d’esprit public, destiné à surveiller l’esprit du public. Sous le Directoire, le ministre de l’Intérieur, François de Neufchâteau, demande régulièrement aux commissaires départementaux un rapport sur l’état des récoltes, de la police, mais aussi et surtout (car cette rubrique précède et introduit les autres), sur « l’esprit public », que l’on essaie de cerner en repérant des signes tels le port de la cocarde, la pratique des fêtes révolutionnaires et l’abandon des fêtes religieuses, les chants patriotiques… C’est là une première tentative d’investigation statistique. Paraissent alors régulièrement des rapports (généralement mensuels) par lesquels les commissaires du pouvoir exécutif décrivent l’esprit public des différentes provinces ou circonscriptions françaises, mais aussi étrangères. Ainsi Bernard Gainot écrit-il (2002 : 143) qu’« une dizaine de rubriques fournissent les données économiques qui permettent au ministre de dresser le tableau de la République, tandis que la société locale est placée sous le regard permanent des autorités, qui établissent ainsi le baromètre de l’esprit public (surveillance des formes de déviance, adhésion aux rituels et symboles républicains, instruction publique) » .

Lorsque les rapports sont mauvais, lorsqu’ils soulignent la « dépravation » ou la « dégradation » de l’esprit public dans une population donnée, fleurissent alors dans le corps législatif des propositions de députés visant à « vivifier l’esprit public ». Les fêtes, le théâtre républicain sont également sollicités, et plusieurs publications du premier XIXe siècle seront encore consacrées à la formation (ou à la correction) de l’esprit public, par le théâtre notamment (Traversier, 2004).

 

L’esprit public au XIXe siècle : du changement de paradigme politique à l’affadissement de la notion

Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la notion subsiste encore, mais comme un idéal (opposé à « l’esprit de parti ») que la diversité des courants d’opinion, de plus en plus affirmée sous la Restauration, puis sous la Monarchie de Juillet, empêcherait d’advenir. Un commissaire départemental conclut d’ailleurs qu’« il ne peut y avoir d’esprit public là où il n’y a que des opinions » (cité par Ozouf, 1988 : 177). D’abord valeur révolutionnaire, l’esprit public devient alors une notion… royaliste ! La Quotidienne, journal royaliste, la définit comme « un genre de patriotisme par lequel l’individu dans ses entreprises s’associe à la prospérité de l’État. Il est du registre du passionnel et du sentiment » (05/09/1815). Quelques années plus tard, un auteur monarchiste, le baron Guérard de Rouilly (1821 : 3), écrit :

« L’esprit public est la part plus ou moins active que prend la partie éclairée de la nation au système général de son gouvernement et aux actes particuliers de son administration ; […] il ne peut rien avoir de commun avec la stupidité de la masse ignorante, aussi incapable de juger un principe que d’en observer les conséquences ».

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la république, régime des opinions divergentes, a tué la notion d’« esprit public ». Le terme se fait plus rare, s’appauvrit, perd ses connotations positives, se réduit à un simple « état d’esprit » collectif, tandis que l’expression est désormais le plus souvent accompagnée d’adjectifs évaluatifs et mélioratifs (« l’excellent esprit public »). Les rapports des préfets évoluent aussi, progressivement vers des catégorisations (par âge, sexe, religion…) et vers une typologie des opinions, entraînant un progressif renoncement à la notion d’esprit public et à l’idéal de cohésion qu’elle impliquait.

 

Dans l’édition de 1932 du Dictionnaire de l’Académie, la définition de l’expression ne tient plus qu’en une courte phrase : « Opinion qui se forme dans une nation sur les objets d’intérêt général ». Encore utilisé parfois au XXe siècle dans le domaine anglo-saxon, l’esprit public recoupe non plus le « public spirit » du XVIIIe siècle, mais un « public mind » plus proche de notre « opinion publique » (chez Noam Chomsky par exemple, qui dénonce la volonté de « l’industrie des relations publiques » de contrôler l’esprit public, voir Chomsky, 2010 : 239). Noam Chomsky (ibid.) définit pour sa part l’esprit public comme « tout ce que les gens entreprennent pour accéder à la liberté, à leurs droits et à la justice ». En France, l’expression survit dans le nom d’une revue de la droite nationaliste, liée à l’Organisation armée secrète (1960-1966), et, aujourd’hui, dans celui d’une émission de radio sur France Culture, consacrée… aux débats sociétaux et politiques  – survivance logique pour un terme à la signification parfois floue et changeante, mais toujours éminemment politique.


Bibliographie

Chomsky N., 2010, « Propagande et contrôle de l’esprit public », pp. 27-41, in : Chomsky N., Raison et liberté. Sur la nature humaine, l’éducation et le rôle des intellectuels, trad. de l’américain par F. Cotton, Marseille, Éd. Agone.

Dauphin N., 2006, L’Esprit public dans l’Indre au début du xixe siècle, pp. 105-121, in : Dauphin N., dir., George Sand, terroir et histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dictionnaire de l’Académie françoise, 1798, 5éd. Accès : http://artfl.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/CINQUIEME/cinquieme.fr.html.

Dictionnaire de l’Académie française, 1932, 8e éd. Accès : http://atilf.atilf.fr/academie.htm.

Gainot B., 2002, « La province au crible des rapports des commissaires départementaux du Directoire », Annales historiques de la Révolution française, 330, oct.-déc., pp. 143-157. Accès : http://ahrf.revues.org/791.

Guérard de Rouilly A., baron, 1821, De L’Esprit public ou de la toute-puissance de l’opinion, Paris, Ladvocat.

Holbach P. H. D., baron d’, 1776, in : La Morale universelle ou les devoirs de l’homme fondés sur sa nature, Amsterdam, Rey.

Nadeau M., 2003, « La décade et le concept d’esprit public », in : Finir la révolution ! L’héritage de Thermidor et du Directoire, Montréal, 27 févr. Accès : http://www.unesco.chairephilo.uqam.ca/textes/martin_nadeau.htm.

Ozouf M., 1988, « Esprit public », pp. 165-180, in : Furet F., Ozouf M., dirs, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion.

Ozouf M., 1989, L’Homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard.

Ozouf M., 1997, « Le Concept d’opinion publique au XVIIIe siècle », Sociologie de la communication, 1, pp. 349-365.

Traversier M., 2008, « “Transformer la plèbe en peuple”. Théâtre et musique à Naples en 1799, de la proclamation de la République napolitaine à la Première Restauration », Annales historiques de la Révolution française, 335, janv.-mars. Accès : http://ahrf.revues.org/1323.

Auteur

Stein Marieke

Stein Marieke

Centre de recherche sur les médiations
Université de Lorraine

Citer la notice

Marieke Stein, Esprit public. Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 15 juin 2017. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/esprit-public/.
footer

Copyright © 2017 Publictionnaire Tous droits réservés