Jenkins (Henry)


 

Les recherches de Henry Jenkins, Provost Professor à l’USC (University of Southern California) à Los Angeles dans le département de Cinéma, communication et journalisme, ont marqué de leur empreinte le champ des Cultural Studies américaines et ont permis de redéfinir un public spécifique, les fans, tout en (re)dessinant un écosystème médiatique en pleine mutation.

 

Une ethnographie des fans : Henry Jenkins, le chercheur-fan (« aca-fan »)

Les premiers travaux de Henry Jenkins, en particulier dans sa thèse supervisée par David Boardwell à l’Université de Winsconsin – Madison, s’inscrivent dans la lignée des recherches de John Fiske sur les publics fans des médias. Seulement, à la différence de ce dernier qui étudiait ces publics en adoptant une position de surplomb, Henry Jenkins, lui, va analyser les communautés de fans de l’intérieur, en se présentant comme un fan de l’objet qu’il analyse. Dans un livre fondateur intitulé Textual Poachers. Television fans and Participatory Culture (Jenkins, 1992 ; l’auteur emprunte le terme de braconnage culturel à Michel de Certeau [1980]), il participe à la légitimation du statut des fans tant dans l’imaginaire collectif que dans les études académiques (« aca-fan »). En analysant les fans de la série de science-fiction Star Trek en étant donc fan de la série et ainsi intégré à la communauté, Henry Jenkins va montrer que les fans ne sont pas passifs dans leur réception mais constituent bien un public actif, expert, producteur de sens et de contenus qui se rassemble dans une communauté de pratiques. Par la suite, il qualifiera les fans de « consommateurs qui produisent, lecteurs qui écrivent et spectateurs qui participent » (Jenkins, 2008 : 212).

Henry Jenkins met aussi en avant le lien étroit entre les études féministes des années 1980 et les études de fans qui, pour lui, sont intrinsèquement connectées aussi bien dans les pratiques, que les enjeux. Il précise aussi que, par leurs débats et leurs critiques, les fans ont contribué à une meilleure compréhension de la culture fan et des pratiques qui animent ces collectifs :

« Si les chercheurs ont été lents à théoriser les identités et les pratiques des fans, les fans eux-mêmes et en particulier les fans féministes ont été engagées dans des dialogues critiques qui, comme le rappelle The Secret Feminist Cabal (2009) de Helen Merrick, ont permis de montrer la montée en visibilité des fans femmes, et l’importance de la science-fiction pour débattre à l’intérieur de la seconde vague féministe et savoir si la fan fiction est une forme d’écriture propre aux femmes (Russ [1985], Lamb and Veith [1986]) » (Jenkins, 2015).

Ce premier moment des études de fans initié par Henry Jenkins (mais aussi par Camille Bacon-Smith qui publie The Enterprising Women en 1992 en même temps que Textual Poachers) a montré la force collective du fandom, la recherche de tactiques de résistance par rapport aux industries culturelles et la créativité productrice des fans à l’intérieur d’une « audience sociale et interprétative » (Ross, 2008). Le fan se retrouve dans une identité collective commune, il appartient à une communauté, il en partage les codes, les normes, les passions, les pratiques. Au demeurant, pour Henry Jenkins, la culture fan s’apparente à un laboratoire de pratiques culturelles et médiatiques qui vont ensuite être réinvesties par un public plus large, signifiant le caractère de nouveaux usagers portés par les fans.

 

Culture de la convergence et Transmedia

Toujours en s’intéressant aux pratiques des fans et aux fonctionnements et caractéristiques de leurs communautés, Henry Jenkins va développer et travailler sur la notion de convergence culturelle qui l’amène à proposer sa définition du Transmedia Storytelling. Il crée au MIT-Cambridge le Convergence Culture Consortium qui s’attache à analyser les nouveaux modes de divertissement et les nouvelles narrations. Les résultats en étaient présentés chaque année à des conférences intitulées The Futures of Entertainment. Lors de ses recherches au MIT, Henry Jenkins met l’accent sur l’usage et l’appropriation des technologies par les fans, plutôt que sur les technologies elles-mêmes, évitant ainsi tout déterminisme technologique. Ce faisant, il tente de montrer comment les anciens médias et les nouveaux se rencontrent plutôt qu’ils ne se concurrencent pour façonner un nouvel écosystème médiatique. Dans un contexte de plus en plus favorable à la production de contenus par les fans, les logiques et pratiques « bottom-up » – des fans vers la production – viennent tutoyer les logiques « top-down », qui sont des logiques descendantes, de la production vers la réception. Dès lors, les stratégies de production visent à développer des « narrations augmentées » (Bourdaa, 2012) sur plusieurs supports médiatiques afin de toucher des publics différents. Pour leur part, les publics vont s’engouffrer dans les béances narratives, les « espaces négatifs » (Long, 2017) et proposer de les combler grâce à leur créativité (fan fictions, vidding – montage vidéo –, fan arts), participant ainsi à la création d’un univers narratif en expansion constante. Le chercheur américain effectue de la sorte des aller-retour incessants entre production et réception, pour signifier que l’un ne peut fonctionner sans l’autre, et que les deux pôles forment un tout interconnecté dans le nouvel écosystème médiatique. Les pratiques de fans viennent nourrir les stratégies de production, et les producteurs offrent des univers narratifs complets et complexes qui sont investis émotionnellement, intellectuellement et de façon créative par les collectifs de fans. Les contenus médiatiques deviennent partageables dans les communautés de fans, mais encore dans la sphère publique grâce aux pratiques et activités de fans. Ce qui conduit Henry Jenkins à théoriser ce mouvement avec Sam Ford et Joshua Green dans l’ouvrage Spreadable Media (2013).

 

Vers la culture participative et l’imagination civique

Fort de ses travaux sur les fans et les industries culturelles et médiatiques, Henry Jenkins développe à l’USC deux nouvelles thématiques avec ses équipes de recherche : la culture participative, déjà présente en filigrane dans ses travaux depuis Textual Poachers, et ce qu’il a nommé « l’imagination civique ». Les terrains ne sont plus seulement les contenus médiatiques de divertissement (séries télévisées et œuvres cinématographiques), mais ils s’étendent à l’éducation ou bien à la politique et à l’engagement civique.

Dans la continuité de ses recherches sur les nouvelles industries culturelles et les fans, Henry Jenkins (2006 : 135-136) définit ce qu’il nomme la culture de la participation, pour analyser les interactions entre les usagers des médias, entre les usagers des médias et les textes médiatiques, entre les usagers et les producteurs :

« La nouvelle culture participative se dessine à l’intersection de trois tendances : Les nouveaux outils technologiques permettent aux usagers d’archiver, d’annoter, de s’approprier et de re-diffuser les contenus médiatiques. Un grand nombre de sous-cultures font l’apologie de la production “Do-It-Yourself”, qui permet de montrer comment les usagers ont utilisé les technologies. Les tendances économiques favorisant les conglomérats médiatiques horizontaux favorisent le flot d’images, les idées et les messages à travers de multiples chaînes et demandent plus d’activité de la part des récepteurs » (« The new participatory culture is taking shape at the intersection between three trends: 1. New tools and technologies enable consumers to archive, annotate, appropriate, and recirculate media content. 2. A range of subcultures promote Do-It-Yourself media production, a discourse that shapes how consumers have deployed those technologies. 3. Economic trends favoring the horizontally integrated media conglomerates encourage the flow of images, ideas, and narratives across multiple media channels and demand more active modes of spectatorship »).

Dans un ouvrage qui retrace une conversation entre Henry Jenkins, Mimi Ito et danah boyd (2015 : 4) sur la culture participative, le chercheur affine sa réflexion et met en lien cette culture participative avec les pratiques des communautés de fans :

« La culture participative est une culture favorable à l’expression artistique et l’engagement civique, un soutien important à la création et au partage des créations, et une sorte de mentorat informel où ce qui est connu par les plus initiés est transmis aux novices. Une culture de la participation est aussi une culture dans laquelle les membres croient à l’importance de leurs contributions, et ressentent des liens sociaux avec les autres membres (au moins ils se soucient de ce que les autres pensent de leurs créations) » (« a participatory culture is a culture with relatively low barriers to artistic expression and civic engagement, strong support for creating and sharing one’s creations, and some type of informal mentorship whereby what is know to the most experienced is passed along to novices. A participatory culture is also one in which members believe their contributions matter, and feel some degree of social connection with one another (at the least they care what other people think about what they created) »).

On reconnaît dans cette définition ce qui était présent dans ses travaux sur les fans : la notion de communauté, de partage, d’activités et d’activisme, ainsi que l’organisation collective symbolisée ici par le mentorat.

En 2017, à l’intérieur du Civic Imagination Project mené à l’USC et financé par la MacArthur Fondation, Henry Jenkins et son équipe envisage la notion d’imagination civique pour expliquer comment les publics fans se réapproprient les images et les narrations de la culture populaire afin de mener des actions politiques dans le monde réel. Le projet prône « la capacité d’imaginer des alternatives aux conditions politiques, culturelles, sociales et économiques actuelles ; personne ne peut changer le monde sauf en imaginant un monde meilleur » (« the capacity to imagine alternatives to current cultural, social, political, or economic conditions; one cannot change the world unless one can imagine what a better world might look like ») (https://www.civicimaginationproject.org/theory). Les agents du changement, souvent des fans de culture populaire, sont perçus comme actifs dans les prises de décision et les actions à mener. Et la plupart du temps les vecteurs de changement proviennent d’images et de figures populaires qui parlent à la mémoire collective, que ce soit des super-héros, les Navii d’Avatar ou bien Katniss Everdeen de The Hunger Games. Ce modèle peut être mis en parallèle avec celui dessiné par Manuel Castells (2012) dans lequel ce dernier note trois points essentiels dans la constitution de mouvements activistes qui partent de la base : les liens sociaux et la création d’une communauté, l’utilisation de nouvelles alternatives qui se nourrissent de symboles et de figures présents dans la mémoire collective et la mise en place de nouveaux modes de prises de décision à travers des débats collaboratifs. Ces trois éléments se retrouvent bien dans les engagements activistes de fans et dans l’imagination civique : la communauté, la culture populaire comme vecteur du changement et la collaboration participative. L’étude de cas emblématique de Henry Jenkins et son équipe, proposée dans un chapitre de leur ouvrage By Any Media Necessary (Jenkins et al., 2016), analyse comment les jeunes sans-papiers américains s’emparent de la figure héroïque de Superman, lui-même un immigrant sur la planète Terre, pour faire entendre leur message. Les auteurs expliquent que les jeunes immigrés sans papier ont choisi Superman car ils peuvent ainsi partager leurs expériences grâce à des codes populaires communs, mais aussi faire connaître leurs expériences d’une façon claire.

En définitive, le parcours de recherche de Henry Jenkins est en mouvement perpétuel, tout en gardant un point commun depuis les débuts : l’analyse des publics de la culture populaire. Ses travaux sur les fans lui ont permis de comprendre l’importance de l’activité de réception pour ces publics experts, les nouveaux rapports entre production et réception dans un nouvel écosystème médiatique multi-plateformes, et les réappropriations de figures communes de la culture populaire pour mener des actions politiques.


Bibliographie

Bourdaa M., 2012, « Le transmédia : entre narration augmentée et logiques immersives », InaGlobal. Accès : http://www.inaglobal.fr/numerique/article/le-transmedia-entre-narration-augmentee-et-logiques-immersives?tq=7. Consulté 10/03/2018.

Castells M., 2012, Networks of Outrage and Hope. Social Movements in the Internet Age, New York, Polity Press, 2015.

Certeau M. de, 1980, L’Invention du quotidien, Paris, Union générale d’éditions.

Jenkins H., 1992, Textual Poachers. Television fans and Participatory Culture, New York, Routlegde.

Jenkins H., 2006, Fans, Bloggers, and Gamers. Exploring participatory culture, New York, New York University Press.

Jenkins H., 2008, « La “Filk” et la construction sociale de la communauté des fans de science-fiction », trad. de l’anglais par C. Jacquet, pp. 212-222, in : Glevarec H., Macé É., Maigret É., dirs, Cultural Studies. Anthologie, Paris, Ina Éd./A. Colin.

Jenkins H., 2015, « Panorama historique des études de fans », trad. de l’anglais par M. Bourdaa, Revue française des sciences de l’information et de la communication, 7. Accès : http://journals.openedition.org/rfsic/1645.

Jenkins H., Ford S., Green J., 2013, Spreadable Media. Creating Value and Meaning in a networked era, New York, New York University Press.

Jenkins H., Ito M., boyd d., 2015, Participatory Culture in a networked era. A conversation on youth, learning, commerce and politics, New York, Polity Press.

Jenkins H. et al., 2016, By any media necessary. The new youth activism, New York, New York University Press.

Long G., 2017, « Créer des mondes dans lesquels jouer : utiliser l’esthétique Transmedia pour transformer des histoires en mythologies », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 10. Accès : http://journals.openedition.org/rfsic/2560.

Ross S.M., 2008, Beyond the Box. Television and The Internet, New York, Blackwell.

Auteur

Bourdaa Mélanie

Bourdaa Mélanie

Médiations, informations, communication, arts
Université Bordeaux Montaigne

Citer la notice

Mélanie Bourdaa, Jenkins (Henry). Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 13 mars 2018. Accès : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/jenkins-henry/.
footer

Copyright © 2018 Publictionnaire Tous droits réservés